La dendrométrie


 --- L'activité ---

  • • Discipline consacrée aux mesures permettant de caractériser les arbres et les peuplements, la dendrométrie nécessite de déterminer les valeurs prises par des critères différents selon qu'il s'agit d'un arbre ou d'un peuplement :
    • Pour un arbre: la grosseur, la hauteur, l'âge, la forme, le volume et l'épaisseur d'écorce.
    • Pour un peuplement: La hauteur moyenne, le volume moyen, la densité, le facteur d'élancement, la surface terrière et l'accroissement moyen. On pourra, selon le cas, être amenés à utiliser des tarifs de cubage ou des barèmes de cubage.

--- 1 Grosseur des arbres ---


 --- 1.1 Mesure du diamètre ---

Plusieurs moyens s'offrent au forestier afin de mesurer le diamètre des arbres (le compas_forestier, le compas parabolique finlandais, le pentaprisme de Wheeler et le relascope de Bitterlich)
  • 1.1.1 Le compas forestier :

    • Le compas forestier permet de mesurer un arbre dans toute circonstance, qu'il soit abattu ou sur pied. Composé d'une grande règle graduée, d'un bras fixe et d'un autre coulissant sur la règle, cet outil simple d'emploi est généralement métallique mais existe également en bois.

Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

Tenu perpendiculairement à l'axe du tronc de l'arbre, le compas forestier fonctionne avec le même principe qu'un pied à coulisse, la mesure retenue étant en général arrondie au centimètre près.

Lorsque la section ne sera pas jugée suffisamment circulaire, il sera nécessaire d'effectuer une seconde mesure afin de pondérer la première. La meilleure solution dans ce cas étant de mesurer le plus petit et le plus grand diamètre avant d'en calculer la moyenne. Sans perdre de temps à chercher précisément ces 2 extrêmes, il est également possible de prendre 2 mesures quelconques, dès le moment où la seconde est prise perpendiculairement à la première; l'approximation faite dans ce cas est considérée comme faible.

Il est à noter que certains compas (dits compas forestiers compensés), disposent d'une graduation en classes de diamètres de 5 cm en 5 cm (la classe 10 correspondant aux diamètres allant de 7,5 cm à 12,5 cm). De la même façon, des graduations en circonférences ou en classes de circonférences peuvent également figurer sur la règle.

Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

Notons enfin que de plus en plus, les compas forestiers électroniques rendent désuet cet appareil, enregistrant automatiquement la mesure, les valeurs pouvant être ensuite traitées après transfert sur un ordinateur.
  • 1.1.2 Le compas parabolique finlandais :

    • • Tenant son nom d'un de ses 2 bras (celui qui est courbe), l'autre étant droit, le compas parabolique finlandais permet de mesurer le diamètre en hauteur sur des arbres sur pied.
  • 1.1.3 Le pentaprisme de Wheeler :

    • • Il permet de mesurer le diamètre d'un arbre sur pied. Composé de prismes optiques, le pentaprisme de Wheeler est souvent couplé à un clinomètre afin de déterminer la hauteur à laquelle est mesuré le diamètre.
  • 1.1.4 Le relascope du Docteur Bitterlich :

    • • Ce dernier appareil de mesure est plus complet que les précédents, permettant, en plus du diamètre d'un arbre, de déterminer sa hauteur et de calculer un coefficient de forme, une pente et même la surface terrière d'un peuplement.

 

 

 --- 1.2 Mesure de la circonférence ---

Moins nombreux mais autrement plus abordables du point de vue économique, les possibilités de mesure de la circonférence sont néanmoins suffisants.
  • 1.2.1 Le ruban :

    • Métallique ou en fibre de verre, le ruban, d'une longueur de 1,50 ou 3 mètres est généralement utilisé pour trouver la circonférence d'un arbre sur pied à 1,30 mètre de hauteur. La mesure au ruban gradué en centimètres de diamètres et en centimètres de circonférence fait autorité lors des ventes de bois

  • 1.2.2 La ficelle du marchand de bois :

    • En situation abattue, un arbre ne peut pas toujours être entouré avec le ruban; la ficelle du marchand de bois composée d'une aiguille courbe prolongée par une ficelle permet alors de passer sous l'arbre avant de le ceinturer. Il suffira ensuite de mesurer la longueur de ficelle nécessaire pour trouver la circonférence.


 --- 1.3 Mesure de la surface terrière ---

La surface terrière d'un arbre est la surface de la section transversale de cet arbre mesurée classiquement à 1,30 mètre du sol. On assimile cette section à la surface d'un disque. On note g la surface terrière d'un arbre et G la surface terrière à l'hectare d'un peuplement. La surface terrière par hectare correspond à la somme des surfaces terrières des arbres présents dans le peuplement divisée par la surface du peuplement en hectares et exprime la richesse du peuplement.

Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

Ci-dessous: Utilisation de l'encoche relascopique, l'objectif étant de compter les précomptables donc de plus de 17,5 cm de diamètre. Si l'arbre rentre dans l'encoche, on compte 0 m², s'il est limite alors on compte 0,5 m² et s'il déborde alors on compte 1 m². On fait un tour d'horizon, on additionne les valeurs et on arrive à une surface totale en m². La longueur de la chaîne utilisée ici séparant l'oeil de l'encoche étant de 50 cm alors que l'encoche est de 1 cm, on a un rapport de 1:50

Utilisation d'une encoche relascopique. Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

Encoche relascopique. Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)



 --- 2 Hauteur des arbres ---

  • • Complémentaire à la détermination de la grosseur d'un arbre afin de trouver le volume, la hauteur permet également de quantifier d'autres paramètres tels que le coefficient de forme et le coefficient d'élancement. Notons que l'on préférera parler de hauteur pour des arbres sur pied et de longueur pour des arbres abattus. Les termes de hauteur bois d'œuvre, hauteur bois fort et hauteur totale. sont expliquées dans le lexique.
  • • Les méthodes de détermination de la hauteur d'un arbre diffèrent selon que l'on dispose ou nom d'un dendromètre donc nous détaillerons ci-après les 2 cas:
    • Avec un dendromètre.
    • Sans dendromètre.


 --- 2.1 Détermination de la hauteur d'un arbre avec un dendromètre ---

  • 2.1.1 Le dendromètre Suunto :

Dendromètre Suunto. Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

  • 2.1.2 Le dendromètre relascope du Docteur Bitterlich :

  • 2.1.3 Le dendromètre Vertex :

  • 2.1.4 Le dendromètre Blume-Leiss :



 --- 2.2 Détermination de la hauteur d'un arbre sans dendromètre ---

S'il est bien entendu possible d'attendre que l'arbre soit abattu pour mesurer sa hauteur quand il sera au sol (méthode dite "du point de chute"), 2 méthodes résultant d'une application du théorème de Thalès sur les triangles semblables coexistent, la plus simple étant la croix du bûcheron et l'autre utilisant des perches de longueur connue.
  • 2.2.1 La croix de bûcheron :

    • La méthode de la croix de bûcheron consiste à utiliser 2 baguettes de même longueur, l'une tenue à hauteur des yeux parallèlement au sol et l'autre au bout de la première et formant avec elle un angle droit.

Agrandir dans une nouvelle fenêtre (ou onglet)

  • • L'utilisateur doit se positionner à un endroit tel qu'il voie simultanément le sommet de l'arbre coïncider avec celui de sa baguette et le pied de l'arbre avec la base de son bâton. Il peut être nécessaire de monter ou descendre ce bâton vertical.
  • • Une fois l'alignement réalisé, la distance qui sépare l'utilisateur de la croix de bûcheron est la même que la hauteur de l'arbre.

 

  • 2.2.2 Avec une perche de longueur connue :

    • • La technique utilisée ressemble fortement à la méthode de la croix de bûcheron mais se déroule en 2 temps. Elle nécessite de disposer d'une perche de référence de longueur connue (2 ou 3 mètres) et d'un autre objet plus petit.
  • • La perche est positionnée contre l'arbre et l'utilisateur se reculera afin d'ajuster comme dans la méthode de la croix de bûcheron, la perche avec l'autre objet.
  • • Il conviendra ensuite de déplacer verticalement le crayon autant de fois que nécessaire jusqu'à l'alignement du sommet de l'arbre.
  • • La hauteur de l'arbre sera par conséquent égale à la longueur de la perche multipliée par le nombre d'alignements du petit objet.